Vous êtes ici

Blog

Le jour d'après

Publié par Incarnare le mardi 11/09/2012 - 22:31 - Blog

Ce lundi, Christiane Taubira concrétisait, dans les colonnes de La Croix, la volonté du gouvernement de faire droit aux revendications de certaines personnes homosexuelles au mariage civil. Cette annonce ouvre un débat majeur pour notre pays, débat dont on est – comme citoyens – en droit d’espérer qu’il sera :

  • le plus large possible : Mme Boutin a déjà manifesté son souhait de voir les citoyens consultés par référendum1,
  • le plus libre possible : les partis politiques seraient bien inspirés d’accorder à leurs élus une totale liberté de vote à l’assemblée,
  • le plus ouvert possible, c'est-à-dire qu’il ne sera pas confisqué par certains groupes idéologiques à coup d’accusations d’homophobie envers quiconque manifestera une opinion contraire.

S'adressant au plus grand nombre, ce billet n’aura rien de théologique2 ; il s’agit en revanche de proposer un cadre de réflexion qui permettra à chacun, chrétien ou non, de progresser dans sa réflexion. Il est notamment inspiré par l’ouvrage de Thibaud Collin3, « Les lendemains du mariage gay »45.

 

« ll n'y a personne pour te condamner »

Le mois d'août a vu fleurir, à la faveur d'une prière de l'assomption1 puis du décès du Cardinal Martini - figure du progressisme catholique -, de nombreux billets sur le discours de l'Eglise en matière de sexualité. Et les blogueurs cathos font leur coming-out, avec des témoignages parfois très personnels. Une question est centrale dans ce débat, illustrée par le billet de Natalia Trouiller2 : et si l'Eglise avait tout compris en matière de sexualité

N'ayant pas la prétention de résumer ici la richesse que recèlent ces billets, ni même l'ambition de tous les citer, je vous renvoie au Pearltree ci-dessous. Reste que j'ai été interpellé par le décalage profond entre ceux qui ont trouvé dans les paroles de l'Eglise leur nourriture et ceux qui plaident pour une réorientation de son discours. La ligne de fracture est particulièrement saillante sur la question du rapport à l'interdit. Je vous propose donc quelques réflexions à ce sujet. 

Prostitution : l'interdiction, c'est Vital

Il est à parier que nombre d'orientations du nouveau gouvernement n'auront pas le goût de nous plaire ; il nous faut cependant, en ces premiers jours, assurer Najat Vallaud-Belkacem de notre soutien quant à sa volonté affichée de bannir la prostitution. Que les lobbies ayant un intérêt financier ou idéologique à perpétuer ce business sordide manifestent leur désaccord, c'est compréhensible ; mais 54% des français se déclarent contre l'interdiction de la prostitution ! 

Leurs arguments sont divers et variés (même s'ils oublient le vrai argument choc, qui donnerait presque envie aux vieilles dames folles de la messe de rejoindre la profession, l'affirmation par le Christ himself que les prostituées nous précéderont dans le Royaume). Dans une émission de radio entendue ces derniers jours, une représentante de la profession en avançait deux : sa liberté - inaliénable, selon elle - de disposer de son corps (sic1) comme bon lui-semble ; un mal qui serait nécessaire pour éviter des viols. 

Théâtre : "Rêve de femme"

Publié par Incarnare le dimanche 10/06/2012 - 01:22 - Blog

Rêve de femme met en scène de jeunes adultes qui se confrontent, à travers leurs liens d'amour ou d'amitié, à deux questions fondamentales : qu'est-ce qu'être un homme ou une femme, en quoi notre destin et notre identité sont-ils fondamentalement liés à notre sexe ? Et, où se situe la vraie liberté de choix d'une femme, face à une grossesse inattendue ?

Sexualité : trop importante... pour ne pas en rire !

Si votre maman petite amie mamie a fait un bond devant sa télé ce soir vers 21h, elle est sans doute tombée sur le dernier épisode du Cathologue1, qui aborde avec humour et une certaine tendresse (et un décalage certain) de la vision (réelle ou supposée) qu'ont les catholiques de la sexualité.

Et ses auteurs ont bien raison ! La sexualité est en effet bien trop importante... pour ne pas en rire. 

La nouvelle observatrice (romaine)

Publié par Incarnare le lundi 14/05/2012 - 22:54 - Blog

La place (ou le peu de place) des femmes dans l'Eglise fait régulièrement débat chez les catholiques, les positions se situant dans un large éventail qu'encadrent deux extrêmes : ceux qui prônent l'ordination des femmes et ceux qui refusent même de les laisser entrer dans le choeur. Si les femmes sont de fait très présentes, elles n'occupent que peu souvent des fonctions comportant une forte visibilité (notamment d'enseignement), alors que rien ne s'y oppose formellement. 

L'Osservatore Romano, le journal du Pape, contribuera bientôt modestement à rétablir1  un peu l'équilibre en créant un supplément mensuel2 de 4 pages sur la place des femmes dans l'Eglise, écrit par des femmes. 

Le corps comme clôture

Publié par Incarnare le samedi 12/05/2012 - 10:50 - Corps - Blog

La difficulté de communiquer des jeunes autistes peut laisser penser qu'ils sont incapables d'entrer en relation ; on en déduit avec facilité que leur corps est une barrière infranchissable et que la vie spirituelle leur est étrangère. Mais c'est tout l'inverse ! Céline Hoyeau publie sur ce sujet dans La Croix du week-end un excellent dossier intitulé "la vie spirituelle insoupçonnée des jeunes autistes" (abonnés)1. On y découvre que leur corps n'est pas tant une barrière qu'une clôture, qui cache une véritable monastère intérieur. 

Pas d'analyse savante de mon côté sur ce sujet que je ne connais que peu, mais un témoignage. Je suis allé en 2005 aux JMJ de Cologne en accompagnant un jeune qui, outre son autisme, est également atteint de trisomie.

Pages

S'abonner à RSS - Blog