Vous êtes ici

Session 'Amour, sexualité et vie consacrée' en janvier

Session 'Amour, sexualité et vie consacrée' en janvier

La personne qui a fait le choix du célibat consacrée n'est pas pour autant asexuée : dans son corps, dans son affectivité, dans tout son être, elle est homme ou femme. Pour les personnes consacrées, l'AFCP propose une session 'Amour, sexualité et vie consacrée' du 19 au 23 janvier 2015, à Solesmes.  

Cette session est destinée avant tout aux supérieurs de communautés, maîtres et maîtresses des novices, mais aussi à tous ceux qui ont une responsabilité dans l’éducation, la direction spirituelle ou la formation de leurs frères ou sœurs.

Renseignements et inscriptions ici.

« Dieu n’a pas fait un monde indifférencié. Créant l’homme à son image et ressemblance(Gn 1,26-27), en tant que créature raisonnable et libre, capable de le connaître et de l’aimer, il ne l’a pas voulu solitaire, mais en relation avec une autre personne humaine, la femme (Gn 2, 18). Entre les deux s’établit une relation réciproque, “de l’homme à l’égard de la femme et de la femme à l’égard de l’homme”. “La femme est un autre moi dans leur commune humanité” et c’est pourquoi “l’homme et la femme sont appelés depuis le commencement, non seulement à exister l’un à côté de l’autre, ou bien ensemble, mais aussi à exister réciproquement l’un pour l’autre”. On comprendra sans peine l’intérêt de ces principes anthropologiques lorsqu’il s’agit de former celles et ceux qui, par une grâce spéciale, ont fait librement profession de chasteté parfaite à cause du Royaume des cieux. »
(Congrégation pour les Instituts de Vie consacrée et les Sociétés de Vie apostolique, Directives sur la formation dans les Instituts religieux , n° 40, 1990)

 Cette exigence de connaissance mutuelle et de soi-même entraîne la nécessité d’une formation approfondie de la personne dans toutes ses dimensions, tant spirituelle qu’affective, psychologique ou même physique, afin de « poser les conditions humaines les plus favorables pour que ce don puisse porter du fruit »
(Orientations éducatives pour la formation au célibat sacerdotal, Rome, 1974).

 
 

 
 

A la une

La théologie du corps ne sauvera pas l'Eglise (aujourd'hui)

1 an après la remise du rapport de la CIASE, nous découvrons stupéfaits qu'un évêque était concomitamment limogé pour “abus spirituel à des fins sexuelles" et que certains de ses confrères ont passé sous silence la cause réelle de sa mise à la retraité anticipée. Que manque-t-il à l'Eglise pour sortir du marais où elle semble embourbée ?