Vous êtes ici

Blogroll

Connaissez-vous le grand oral ?

Zabou the terrible - il y a 22 heures 11 min

 

            Le grand oral ? Pas une nouvelle émission sur les ondes mais bien la nouvelle épreuve du bac qui ne s’est encore jamais déroulée alors qu’elle aurait dû entrer en service bien plus tôt. Vous ne maîtrisez pas le langage de l’Education nationale ? Retenez, en quelques mots, que les anciennes filières du bac général ont disparu au profit de nouvelles « spécialités » qui colorent le nouveau bac de tonalités plutôt scientifiques, économiques ou littéraires… ou qui les croisent, ce qui est sans doute la grande nouveauté ! L’élève en choisit trois à l’issue de la 2nde, en abandonne une en fin de 1ère pour n’en garder que deux en terminale. Ce sont ces deux spécialités qui font l’objet de cette nouvelle épreuve de Grand Oral. 

 

            En quoi cela consiste-t-il ? Je vous avoue que je n’avais jeté qu’un œil assez lointain sur cette épreuve, n’enseignant en spécialité qu’en 1ère pour l’instant et, vendredi dernier, me voici convoquée – au dernier moment – pour ce lundi à un grand oral « blanc » pour nos terminales. Me voici à compulser les règles, me demandant bien ce dont les élèves allaient me parler. 20 min de préparation, 20 min de passage : 5 min de présentation d’une question préparée, 10 min d’entretien par un jury en binôme et 5 min où le candidat expose son projet d’orientation. Je me disais intérieurement qu’en éducation prioritaire, excusez-moi l’expression, c’était plutôt casse-gueule. 

 

            Et aujourd’hui, quelle surprise : j’ai assisté, dans l’immense majorité des cas, à des oraux d’une immense qualité ! Les élèves ont su s’approprier des thématiques originales à partir de leurs choix de spécialité : et voici nos élèves cherchant si souvent leurs mots, osant à peine s’exprimer, parlant pour l’occasion en connaisseurs passionnés ! Encore maladroits dans la structure, parfois, mais animés de fougue et de motivation. Quand les vidéos du ministère montraient des élèves de milieux plutôt favorisés, ayant des éléments culturels forts pour développer leur réponse, nos élèves partaient de leurs recherches et de leur passions, parfois simples, mais authentiques. C’était fait avec cœur et je fus bluffée, fière d’eux. 

 

            J’en suis ressortie avec la conviction que leur donner les « mots pour le dire » était vraiment essentiel pour voir s’envoler de beaux papillons de ceux qui sont trop souvent méprisés comme des chrysalides de banlieues, faisant du sur-place. Comme vrai un signe d’espérance en ces mois toujours si troublés. 

 

 

Catégories: Blogroll

Utilisation problématique d’internet et troubles liés à internet en Suisse

Theologeek - lundi 11/01/2021 - 13:33

L’utilisation des médias numériques est un des plus grands défis éducatifs et sociaux. L’évolution très rapide des technologies et des mœurs rendent difficiles difficile la compréhension des enjeux. Des troubles et utilisations problématiques apparaissent. Et de plus en plus de parents cherchent de l’information ou de l’aide sur la consommation des écrans de leurs jeunes.

En fin novembre dernier, le GREA a publié le rapport du groupe d’experts « Cyberaddiction » (2018–2020), mandaté par l’Office fédéral de la santé publique pour analyser l’utilisation problématique d’internet.

Le rapport est accompagné d’un Guide pour les professionnels sur les usages des écrans APAN (2020). Ce guide propose un schéma pour penser l’utilisation des écrans, autour de 4 temps (cyclique):

  1. Avant: valeurs, normes, règles
  2. Pendant: espace à soi
  3. Après: conséquences objectives, positives ou négatives
  4. Narration: avec les pairs ou les parents

Ci-dessous, mes notes / résumé de ce rapport.

Introduction & terminologie

Définition des troubles liées à Internet (TLI):

  • Autour de « dépendance » (réseaux sociaux, jeux vidéo, pornographie, achats et jeux d’argent).
  • Donc pas: harcèlement, haine, fake news, radicalisation, pédopiégage, etc.

Terminologie:

  • Intérêt grandissant (débat de société bien présent, nombre croissant de publications scientifiques), mais pas encore de terme reconnu, ni définition admise, ni critère de diagnostique officiel
  • Ici: « utilisation problématique d’internet » et « troubles liés à internet » (TLI)
  • Termes utilisés par ailleurs: usage problématique d’internet (UPI), la dépendance à internet, la cyberdépendance, la cyberaddiction, l’utilisation excessive, risquée ou pathologique d’internet, l’addiction aux jeux vidéo, l’addiction aux écrans, l’utilisation addictive des réseaux sociaux, l’usage pathologique d’internet, le trouble lié aux réseaux sociaux, l’hyperconnectivité et bien d’autres encore.
  • Ce sont les applications et non le média qui provoquent l’addiction. Donc addiction comportementale sur internet, non pas à internet. L’activité peut être en ligne ou hors ligne.
  • Addiction comportementale (vs lié à une substance).

Pour le jeu vidéo, des critères de diagnostic sont clairements définis → seuls les jeux vidéos entrent dans la catégorie des pathologies à ce jour (depuis 2013 dans le DSM‑5, 2019 dans la CIM-11)

  • Aspect positif: facilitation de la recherche, du diagnostique, de l’admission des patients et de la prise en charge par les assurances, ainsi que de la perception pulique
  • Danger: focalisation sur les jeux vidéos aux détriments d’autres TLI (p.ex. réseaux sociaux), risque de pathologisation d’une activité déjà stigmatisée, risque de focalisation sur l’activité et non les comorbidités, critères encore trop vagues.
Problématique Évolution de l’usage problématique d’internet

Données de l’Office fédéral de la statistique, Santé, 2017, sur l’usage problématique d’Internet:

  • 3.8% des plus de 15 ans touchés (270’000 personnes)
  • Hommes (4.3%) > femmes (3.3%)
  • Suisse romande (5.8%) > suisse alémanique (3.1%) > Tessin (2.9%)
  • Milieu urbain > milieu rural
  • Étrangers (5.8%) > ressortissants suisses (3.2%)

Remarques:

  • L’absence de consenssus sur les critères rend difficile les comparaisons et évolutions, et il y a encore peu d’études longitudinales
  • Il ne s’agit pas de diagnostiques, mais d’auto-évaluations
  • Plus de la moitié des experts ont constatés une augmentation dans les consultations sur ces thématiques
Comportement en ligne et troubles liés à internet chez les jeunes
  • Les jeunes sont en permanence dans 2 espaces: physique, virtuel.
  • 99% des jeunes on un smartphone, perçu comme une extension vitale du moi.
  • D’abord consommation passive (vidéo, musique) puis (inter)active (jeux, messages)
  • Les jeunes expérimentent les aspects positfs et négatifs de manière plus intense que les adultes.
     
  • Les jeunes sont conscients qu’il faut des règles et des limites. Ils recourent plus souvent que les adultes à des stratégies de régulation.
  • Près d’un quart des 9–16 ans ont essayé — en vain — de passer moins de temps en ligne au cours du mois précédent
  • Parmi les 15–16 ans, près de la moitié à souffert au moins une fois par semaine des effets négatifs d’une utilisation trop intensive d’internet. Ces effets sont perçus comme problématiques pour une personne sur 10.
     
  • Parmi les 16–25 ans, 4.6% ont constatés des symptomes de manque importants si ils ne sont pas allés en ligne de puis un moment.
  • Environ la moitié des jeunes entretient un rapport ambivalent avec internet (tantôt positif, tantôt négatif).
Différence spécifique au genre:

Différences d’utilisation:

  • Jeux vidéo: ⅔ des adolescents jouent tous les jours, contre 11% des adolescentes.
  • Réseaux sociaux: les filles consomment plus de contenus en lien avec la mode, l’alimentation et la beauté, et sont confrontées à des représentations de genre très stéréotypées.
  • Les femmes utilisent plus internet pour gérer leurs émotions, et les hommes d’avantage comme un outil.
  • Les jeunes femmes ressentent plus de pression sur internet que les jeunes hommes (peur de rater qqch, d’être exclue)
  • Elles ont plus souvent tenté en vain de passer moins de temps en ligne (27% contre 18%)
  • Les jeux en lignes sont le principal vecteur d’actes de harcèlement touchant les garçons.
  • Plus grande prévalence d’achats compulsif et addiction aux achats chez les femmes
  • Plus grande prévalence de consommation excessive de pornographie et jeux vidéo chez les garçons

Même prévalence des problèmes chez hommes et femmes, mais ce sont quasi exclusivement des patients de sexe masculin qui sont pris en charge.

Pourquoi? Deux hypothèses:

  1. L’hypothèse liée à la perception: Plus grande stigmatisation des jeux en ligne → plus de mères qui expriment une inquiétude et une incompréhension face aux jeux vidéos en lignes, souvent perçus comme violents.
    Alors qu’une adolescente qui passe beaucoup de temps à « parler avec ses copines » et « s’intéresser à des trucs de filles » sera perçue comme « normale » (le rapport ajoute: « bien que ces observations soient préoccupantes du point de vue des questions de genre. »).

  2. L’hypothèse lié au traitement alternatif: il y a beaucoup de femmes dans le système de soin concernées par les TLI, mais qui sont suivies/traitées pour autre chose.
    Les symptômes lisé aux TLI ne sont pas évoqués, et donc pas traités, contrairement à d’autres problèmes (estime de soi, troubles alimentaires, harcèlement).

Évolutions et défis actuels Évolutions en matière de jeux vidéo et de jeux de hasard en ligne
  • Démocratisation des smartphones, augmenation du streaming
  • Reconnaissance de la valeur culturelle, sociétale et dévelopementale des jeux vidéos

Exemple de Fortnite: jeu gratuit, monnaie interne, marketing et publicité au sein du jeu, micro-transactions (paiement réel pour du contenu virtuel intra-jeu), loot boxes (coffret au contenu aléatoire, acheté avec de la monnaire réelle ou virtuelle), utilisation d’outils psychologiques par les dévs pour optimiser la secrétion de dopamine

  • 12% des enfants/jeunes ont dit avoir dépensé trop d’argent (32% garçons, 11% filles pour les 15–16ans)
  • Loot-boxes / pay-to-win: certains pays les assimilent à des jeux d’argents. Les scientifiques ne sont pas d’accord entre eux. La suisse débat.

La zone grise entre jeux vidéo et jeux d’argent gagnera en importance. D’autant plus préoccupant avec la légalisation des jeux d’argent en ligne en 2019, et donc les vastes campagnes publicitaires qui y sont liées.

eSport: de plus en plus de jeunes s’entrainent pour faire du sport virtuel à titre professionnel.

Évolutions technologiques dans le domaine des réseaux sociaux
  • Tendance aux espace semi-publics: contributions effacées après un certain temps.
  • 3 jeune sur 4 sont présents quotidiennement sur snapchat et instagram.
  • TikTok est la plateforme la plus appréciée parmis les plus jeunes
     
  • YouTube Kids a été lancé en 2019, avec filtres pour: moins de 4 ans, 4 à 7 ans, et plus.
  • L’utilisation et les repercussion de ce genre de plateforme pour calmer les enfants n’ont pas encore été étudiées sur le plan scientfique.
     
  • Accroissement des mécanismes qui récompensent la présence, punissent l’absence, et augmentent la pression à dépenser de l’argent, ou passer plus de temps: visionnement automatique, autoplay (nouvelle vidéo lancée à la suite de la précédente), streaks (récompense pour jours d’utilisation consécutifs), guildes, etc.
Tableau clinique, comorbidités et autres formes d’addiction

Facteurs favorisant l’addiction: difficiles à évaluer. Notamment:

  • récompenses intégrées
  • interactions sociales

Comorbidités: Les TLI peuvent être à l’origine d’autres maladies; les TLI peuvent être un symptôme d’autres maladies (p.ex. handicap physique ou mental)

  • symptômes dépressifs (1 personne sur trois)
  • épisodes suicidaires
  • angoisse et troubles anxieux
  • trouble du déficit de l’attention

Nouveaux phénomènes, comme le retrait social pathologique (hikikomori): retrait dans un monde en ligne. Troubles associés: épuisement généralisé, dépression, phobie sociale, autisme atypique.

Addictions avec/sans substances: renforcement mutuel:

  • Les jeunes qui jouent 1–5 heures par semaine à des jeux vidéo sont bien moins nombreux à consommer des substances psychotropes que ceux qui ne jouent pas
  • Les jeunes qui jouent +30 heures par semaine sont largement plus nombreux à consommer des substances psychotropes.
Lire le rapport (PDF, 27 pages)

 

Catégories: Blogroll

Et les ordinateurs se mirent à prier… C’est aussi ça, l’Esprit de Noël !

Theologeek - mardi 22/12/2020 - 14:31

Seigneur,
tu es le créateur de l’univers,
toi qui t’es né !

Quand nous croyons en toi, seigneur,
nous te louons pour l’enfant de Noël,
tu as permis de le trouver.

Dans les ténèbres de la séparation,
nous te louons pour nous-mêmes,
mais nous sommes libres,
nous sommes dans la joie de notre vie.

Nous te prions pour les couples
où l’amour est plus grand que les cieux.

Le seigneur,
nous te louons pour la naissance,
et la résurrection de la résurrection.

Amen.

Cette prière a été générée par un ordinateur.

Et oui, j’ai entraîné mon ordinateur à prier !

Vous allez voir, il y a encore un tout petit peu de boulot pour arriver à des prières complètement cohérentes. Du moins aussi cohérentes que celles de votre ministre moyen. Mais c’est tout de même un bond en avant vers la résolution de la crise des vocations !

L’intelligence artificielle avance à grand pas, non seulement dans la puissance de ce qu’elle peut faire, mais aussi dans la facilité d’utilisation. Si bien que n’importe qui peut générer des recettes de pizzas (et les pizzas qui vont avec), des noms de jeu de société, ou compléter la Parole de Dieu. Et pendant qu’on s’amuse dans le bac à sable avec les jouets qui nous sont donnés, toutes les données de nos vies sont passées à la moulinette pour nous vendre des pubs toujours plus ciblées, en enrichir les éleveurs de robots.

Bref.

La chose importante est la suivante: on peut générer artificiellement des prières.

Comment ça marche?

En utilisant des réseaux de neurones récurrents, pardi !

Un petit paquet python vient rendre cela tout simple: textgenrnn. Comme le dit sa description: « entraînez facilement votre propre réseau neuronal générateur de texte, quelle que soit sa taille ou sa complexité, à partir de n’importe quelle source de texte, en quelques lignes de codes. » textgenrnn utilise TensorFlow, un outil open source d’apprentissage automatique développé par Google.

Ça peut paraître compliqué, mais en fait c’était tout simple. J’ai suivi bêtement ce tuto: How to Quickly Train a Text-Generating Neural Network for Free.

Comme fichier d’entraînement, j’ai extrait le contenu du liturgiciel, et balancé le tout dans un fichier texte d’environ 2’000 lignes (une prière ou un texte liturgique par ligne). Je ne peux pas vous donner le fichier pour vous amuser, car il n’est pas sous licence libre, à ma connaissance.

Et voici les paramètres d’entrainement que j’ai utilisés:

model_cfg = { 'word_level': True, # set to True if want to train a word-level model (requires more data and smaller max_length) 'rnn_size': 128, # number of LSTM cells of each layer (128/256 recommended) 'rnn_layers': 3, # number of LSTM layers (>=2 recommended) 'rnn_bidirectional': True, # consider text both forwards and backward, can give a training boost 'max_length': 8, # number of tokens to consider before predicting the next (20-40 for characters, 5-10 for words recommended) 'max_words': 10000, # maximum number of words to model; the rest will be ignored (word-level model only) } train_cfg = { 'line_delimited': True, # set to True if each text has its own line in the source file 'num_epochs': 50, # set higher to train the model for longer 'gen_epochs': 5, # generates sample text from model after given number of epochs 'train_size': 0.8, # proportion of input data to train on: setting < 1.0 limits model from learning perfectly 'dropout': 0.0, # ignore a random proportion of source tokens each epoch, allowing model to generalize better 'validation': False, # If train__size < 1.0, test on holdout dataset; will make overall training slower 'is_csv': False # set to True if file is a CSV exported from Excel/BigQuery/pandas }

Et en quelques minutes, l’ordinateur s’est mis à genoux, à levé les mains au ciel, et a commencé à prier et louer le Seigneur.

Merveille, miracle, alléluia !

Bon. Vous allez voir (ci-dessous), les résultats ne sont pas entièrement convaincants. Et ils doivent être sélectionnés: il y a beaucoup de choses qui ne veulent vraiment rien dire, parmi des choses qui ne veulent pas dire grand choses et des choses qui veulent presque dire quelque chose.

Mais il y a quelques perles, et du potentiel. Ou potencloud.

Quelques résultats

Voici quelques extraits sélectionnés à la main. Je laisse la mise en force telle qu’elle, pour respecter le génie syntaxique propre de ma machine.

  • dieu notre père , nous voulons aimer . tu as pleuré avec les autres la parole , dans le tronc . ouvre nos doutes , tu nous parles : — nous permet de transmettre . nous te le demandons par jésus — christ qui vit et règne avec toi et le saint — esprit , aux siècles des siècles . amen .

  • seigneur , ta parole est comme le chemin de dieu de dieu de ton esprit , de toute ta vérité et de toute ta force . que toute ta force de ta venue de ton amour , de nous , de ta parole

  • seigneur , tu es notre dieu , tu es l ’ amour de dieu . nous te louons pour les enfants , et les parents , les adultes et les larmes , les larmes et les beautés . prépare — les à les parents , pour les et les croyants de tous les temps , nous chantons !

  • seigneur , nous te prions pour l ’ eglise evangélique réformée du canton de vaud , je vous installe dans la charge de pasteur / de diacre du service communautaire de … … … … … … … … …

    (Ici, l’officiant-artificiel a choppé la bureaucratite. Ce qui partait d’une belle intention spirituelle finit en discours institutionnel tellement ennuyant que même le disque dur s’est endormi au lieu de l’enregistrer.)

  • seigneur , tu nous entends prier : seigneur , fais de nous des bâtisseurs d ’ amour . seigneur jésus , tu nous as dit  » la paix soit avec vous ! aimez — vous les uns les autres comme je vous ai aimés . » mais les enfants s ’ expriment sur la terre une fois au bien ou à y arriver . aide — nous , avec toi et en ton , ta guérison dans ses bras , afin que les hommes et les hommes se mettent en eux maintenant .

  • seigneur , tu m ’ as saisi , et je brûle dans ta faiblesse . accorde — moi ta main , et prends en moi notre cœur , pour que la foi dans la terre , dans la vérité , dans le souffle de notre vie . dans la personne de l ’ égoïsme , ma vie et je serai o mon vie et ta toute ta place est ton fils … et dans tout ce qu ’ il / elle est au milieu de nous . c ’ est l ’ heure où monte tout se donne pour les autres quand nous sommes des milliers qui ne sont pas de toutes tes pensées . donne — nous maintenant la paix et la paix s ’ embrassent qui se .

  • dieu notre père , tu viens vers nous dans la nouveauté et nous allons toi qui nous connais . merci pour ton eglise qui nous sommes fort . seigneur , pardonne — nous .

  • seigneur , nous te demandons de toi , et tu nous as élevés , tu nous as envoyé ton fils pour qu ’ il nous conduise à la parole de ton royaume . au moment de la croix , il a accepté d ’ avancer , et personne n ’ y pensent qu ’ un instant .

  • donne — nous des yeux pour voir la splendeur de ta promesse afin que nous puissions partager l ’ amour , la vie , la compassion . toi qui es un enfant qui voudrais qui te .
    le vieillard qui revient vers la source première entre aux autres .
    dieu de calme et de beauté dieu qui nous ont enfants en jésus , tu nous donnes une grande liberté pour que nous puissions partager l ’ amour , la vie , la compassion . dieu notre père , nous t ’ invoquons

  • seigneur , je ne te vois pas , tu es là . tu viens au — devant de nous , pour que nous recevions ta présence au mystère de ton amour . seigneur , nous te demandons d ’ éclairer cette foi et de son espérance .

  • seigneur , tu nous connais ! ”
    seigneur , tu as promis de nous aider tels que nous sommes , au nom et pour lamour , tu es — tu es et dieu tu nous fais vin de la mort , tu nous offres ta force , et ton amour .
    à toi . fais de moi ce qui aime et qui je fait . je t ’ aime l ’ amour de dieu . — l ’ amour est là

    (Tu nous fais vin de la mort! Changer la mort en vin, c’est plus profond qu’il n’y parait.)

  • seigneur , nous te prions comme des enfants qui ont confiance en leur père . tu nous connais , nous avons subi ton peuple . par sa résurrection , il était la mort à la vie . je crois en jésus qui parlait de lui — même comme un ? il y a un temps de rayons ,

    (« Nous avons subi ton peuple. » Oh oui, oh oui ! C’est tellement vrai et bien dit.)

  • seigneur , je ne suis pas meilleur que tous les autres , et je prétends te donner au monde pour la justice qui nous fait vivre .

  • seigneur dieu , nous croyons que mystérieusement tu fais concourir toutes choses et que nous sommes à cette question . on se moque de moi , car il donne tout . et ii est celui qui est plus là , s ’ est vrai ta présence et le ressuscité ouvre tout ce que tu nous donnes en abondance

  • seigneur , nous te rendons grâce et chantons ta sagesse , nous te bénissons pour les résurrection de toi , pour ta parole dans l ’ ecriture . nous te prions pour que ce matin elle est devenu : nous nous souvenons que dieu nous sauve , par jésus — christ , notre seigneur , accorde et renouvelle

    (On sent l’influence artificiello-barthienne.)

  • seigneur , nous te disons merci pour ce pain et ce vin , fruits de la terre et du travail des humains , dont tu fais pour nous la nourriture qui annonce le monde à venir . que la paix du seigneur soit avec nous tous ! accueillons le christ vient sur nous . amen .

  • seigneur dieu , tu nous as donné de partager un même pain consumer , . si nous croyons que tu es tout de nous , et qu ’ il nous guide et nous éclaire . donne — nous la volonté d ’ être , plutôt que de pauvres , sans crainte , d ’ être grâce , communion

Remarques
  • On y est pas encore, mais à mon avis avec un peu de temps et d’effort, on pourrait avoir des résultats intéressants.

    Il faudrait certainement bidouiller un peu les paramètres de configuration.

    Et améliorer le fichier source: nettoyer le fichier du liturgiciel (par exemple il y a toutes les liturgies d’installation qui changent de ton). Avec un dataset plus large on pourrait aussi spécialiser l’apprentissage de prières d’invocation, illumination, repentance, etc.

  • Les prières se prêtent particulièrement bien à ce genre d’exercice. En particulier dans une culture d’église où l’on apprécie le mysticisme sémantique: des mots dont le sens n’est pas aussi important que les émotions qu’ils évoquent et suscitent. « Nous te louons pour les enfants, et les parents, les adultes et les larmes, les larmes et les beautés ». Ça veut rien dire, mais ça marche.

    Ça marche, parce que le langage religieux est hautement métaphorique. Tout langage est métaphorique, certes:

    la métaphore n’est pas simplement une figure de style, mais une caractéristique essentielle de la pensée humaine.

    En église, cependant, on cultive les métaphores, qu’elles soient au niveau des mots (Dieu est un roc, Jésus est un berger, l’église est un corps) ou au niveau des histoires (des paraboles aux lectures typologiques — ou allégoriques ou autres — des histoires de la Bible). Les métaphores nécessitent un effort d’interprétation (qu’il soit explicite ou intuitif) qui les rend potentiellement parlantes pour un grand nombres de situations diverses.

    Or une assemblée est un conglomérat de situations diverses, qui viennent toutes chercher une parole spécifique pour avancer (ou reculer). Quand on entend un mot flou mais évocateur, on va l’appliquer à sa situation propre et l’entendre d’une manière toute spécifique à soi. Ce qui fait que le même mot peut parler différemment à des gens très variés.

Dans ce contexte, les maladresses de l’intelligence artificielles peuvent devenir des brèches qui laissent passer un peu de lumière divine. Au milieu d’un tas de bullshit. Pas si loin d’un célébrant humain, finalement.

Catégories: Blogroll
S'abonner à Théologie du Corps agrégateur - Blogroll